Ces derniers temps, je lis pas mal d'articles sur l'avenir du e-commerce.

Récemment, je détaillais ma vision des hypermarchés du web et je me suis rendu compte qu'elle n'était pas complète.
Après mes réflexions sur la notion de partenariat avec les e-commerçants et certaines dérives concernant les prestations, je cogite pas mal sur le sujet en ce moment.

Il devient aujourd'hui très difficile pour une petite boutique en ligne de vendre des produits "grand public". Prenons le cas de la chaussure. Des géants dans le milieu ont levé plusieurs millions d'euros et proposent des tarifs avec des marges ridicules. C'est le volume généré qui devrait approcher la courbe d'une certaine rentabilité. On peut être d'accord ou non avec cette vision du commerce en ligne mais c'est un fait.

Je pense réellement que les gros acteurs vont progressivement grignoter les parts des plus petits sur de nombreux produits.

Face à cette situation, il est important de réagir. Le e-commerce est loin d'être mort pour autant. En revanche il ne faudra plus se jeter aveuglément sur le web pour vendre n'importe quel produit ou alors devenir très gros. D'autres le font et rien n'est impossible.

J'imagine un bel avenir pour les produits de niche ou les créations artisanales de qualité. Internet ouvre une fenêtre vers le monde entier avec une visibilité bien supérieure à la rue piétonne où le commerçant est installé. Il faut absolument profiter de cette opportunité.

La création de marques et de concepts originaux représentent aussi un potentiel très intéressant. La personnalisation, les offres géolocalisées sont probablement à étudier d'encore plus près.

Il faudra être présent sur tous les fronts : réseaux sociaux, mobiles et développer le "multicanal".

Le e-commerce bouge beaucoup et les années à venir s'annoncent passionnantes. On assiste à de gros changements inévitables mais il reste encore beaucoup de place pour de belles réussites.