La plupart des gens sont habitués à travailler dans des conditions similaires et certaines pratiques se poursuivent depuis plusieurs générations.
Ont-elles toujours un intérêt ? Ne devrait-on pas les remettre en question ?

J'ai toujours eu une relation particulière au travail qui, pour moi, ne doit pas être une contrainte mais un lieu d'épanouissement personnel.
La lecture des livres de Tim Ferris, de 37Signals (Basecamp désormais) m'a aussi beaucoup fait réfléchir.

Celui qui profite de la journée, arrête de travailler à 17h doit-il avoir honte ?
Se vanter de travailler jusqu'à 22h, les week-end et ne jamais prendre de vacances, est-ce une bonne chose ?
Avoir un bureau, des horaires fixes, est-ce obligatoire ?

Dans certaines structures, le premier salarié qui quitte les lieux longe les murs en espérant ne pas être repéré. Au contraire celui qui mange devant son clavier et qui part le dernier est considéré comme le bosseur, celui qui en veut.
Est-ce réellement le but d'une vie ? Le burnout doit-il être un objectif ?

Attention, je n'apprécie pas les fumistes. Pour autant, ne peut-on pas allier qualité de travail, qualité de vie et productivité ?

Personnellement, je pense que si. Celui qui termine son boulot à 16h et qui a réalisé un travail de qualité devrait plutôt être félicité ! Il doit pouvoir prendre du bon temps, faire du sport, lire, avoir des passions, s'occuper de sa famille.
Il n'en sera que plus intéressant, plus épanoui et plus heureux dans son activité professionnelle.
Bien souvent, en entreprise, une bonne partie du temps n'est pas productive. Des réunions interminables, des tâches inutiles qui impliquent de travailler tard pour rattraper le temps perdu.

En s'organisant différemment, en automatisant certaines tâches, en établissant les bonnes priorités, il est possible de travailler non seulement plus vite mais aussi en faisant moins d'erreurs (et avec plus de confort).

Combien de temps perdu dans les transports, les bouchons ? Beaucoup pourraient travailler chez eux, au café du coin, dans des espaces de coworking.

Et oui, travailler à distance ne signifie pas briser le lien social. Les espaces de coworking permettent de rencontrer du monde, de boire un café, d'échanger. Ils ont bien souvent d'autres activités, travaillent pour d'autres structures. Les discussions sont d'autant plus intéressantes.
Bien entendu, ceci implique d'avoir de bonnes méthodes de travail et de bien s'organiser pour qu'une culture d'entreprise puisse émerger à distance.

La technologie d'aujourd'hui nous offre des possibilités qui n'existaient pas. Pourquoi continuer à appliquer des méthodes désuètes ?

N'est-il pas temps de bousculer nos habitudes pour une vie meilleure ?