Je pensais avoir déjà traité ce sujet sur mon blog, finalement, ce n'est pas le cas. C'est une thématique dont je parle souvent avec des amis, sur le web, lors de conférences. Ce post ne débattra pas sur la gratuité qui n'est en aucun cas le sujet central de la problématique libre/opensource.
J'ai par ailleurs rédigé quelques lignes à ce propos lors d'un précédent billet.

La plupart des articles autour du logiciel libre substituent régulièrement le terme "libre" par "opensource" (open source) et inversement. Ce qui constitue un outrage pour Richard Stallman mérite quelques explications.

Le code source d'une application opensource est visible par l'utilisateur de celle-ci, s'il le souhaite. Pour reprendre un exemple de notre ami Richard, c'est un peu comme donner la recette d'un plat que nous dégustons.
C'est aussi le cas pour une application libre, mais, pas seulement. Nous venons de mettre le doigt sur la sulfureuse différence entre libre et opensource.
Ce que permet l'opensource le libre le permet aussi. En revanche, l'opensource n'offre pas autant que le libre.

Dans les deux cas, vous disposez du code source utilisé pour développer le logiciel mais avez-vous le droit de le réutiliser ? de le modifier ? de diffuser librement le nouveau code généré ? Oui dans le cas du logiciel libre alors qu'une licence opensource peut tout à fait l'interdire. Le logiciel libre est avant tout une philosophie de travail. La diffusion du code, son enrichissement sont encouragés alors que ce n'est pas toujours le cas dans le monde de l'opensource.
Les libristes mettent en avant la création d'une communauté, pas toujours dans le cas de l'opensource.

Prenons le cas de la licence libre la plus célèbre, j'ai nommé la licence GPL. Elle est dite "contaminante". Un outil utilisant un morceau de code GPL devient lui aussi GPL garantissant la liberté du code d'un bout à l'autre de la chaîne, quelque soit son évolution.

L'utilisation du terme "logiciel libre" est donc importante afin d'éviter toutes confusions. C'est justement une dérive régulièrement utilisée par des éditeurs "borderline". Il est aisé de perdre l'utilisateur néophyte en lui faisant croire qu'il baigne dans une application libre alors qu'au final elle est sous une licence opensource. La plupart du temps la découverte se fera en échangeant sur le forum de l'éditeur lorsque l'utilisateur se rendra compte que le partage de l'information est très relatif.

Je pourrais écrire des pages et des pages sur le sujet mais je pense que l'essentiel a été présenté. Je vous invite à lire la biographie autorisée de Richard Stallman pour découvrir ce sujet plus en profondeur.