En ce moment, je suis en pleine cogitation autour de mon prochain projet, sur le choix de l'idée et de la direction à prendre.

Parallèlement, je participe toujours aux discussions autour du projet Thelia et le questionnement actuel m'a donné envie d'écrire quelques lignes.
J'avais pour habitude de démarrer assez vite lorsque j'avais une nouvelle idée, quelque chose qui me tenait à coeur.
Parfois je tombais juste et parfois, je me plantais. Les conséquences étaient généralement sans gravité mais elles pouvaient compliquer un peu le projet.

Avec le recul, je procède vraiment différemment. J'ai sans arrêt des idées qui me passent dans la tête, j'imagine que c'est pareil pour tous les hyperactifs du web. Des idées, on en a tous beaucoup. Je suis tout à fait conscient qu'elles ne sont pas toutes bonnes, que certaines ont un potentiel et que je ne peux pas toutes les réaliser.
D'ailleurs, beaucoup vous le diront : ce n'est pas tant l'idée qui compte mais sa mise en oeuvre.

Désormais, lorsque j'ai une nouvelle idée, le processus est tout à fait différent. Je la confronte, je lis beaucoup, j'échange. J'essaie de l'imaginer en situation, de trouver ses failles. Je me demande si elle apporte une réelle plus-value à l'existant et si l'utilisateur visé verra vraiment une amélioration dans son quotidien grâce à elle.

Bien souvent, plus je me frotte à cette idée et plus elle s'effrite. Mon but est tout simplement de voir si elle va se briser ou si après toute cette remise en question, elle sera toujours là.
Pour l'instant, les différents projets que j'ai envisagé depuis mon départ d'Octolys n'ont pas passé le test.
Ceci ne me démotive pas, bien au contraire. Il est bien plus intelligent de passer du temps à cette confrontation plutôt que de se jeter à corps perdu sur un projet qui ne tiendra pas sur le long terme.

De plus, ce travail a un véritable résultat sur la façon d'entrevoir la prochaine idée. On détecte plus facilement ses failles et ses qualités.
J'espère bientôt tenir le projet qui me donnera la même motivation que le projet Thelia !