A mon tour de m'attaquer à l'épineux dossier du droit d'auteur. C'est un sujet d'actualité et les réactions sont nombreuses.

Je penche du côté de la liberté tout en comprenant certaines inquiétudes des maisons de disque, des éditeurs.

Richard Stallman s'en est récemment pris aux e-books à propos des DRM.

Je suis le premier à être exaspéré par ces fameux DRM qui vont parfois jusqu'à empêcher la lecture d'un ouvrage acheté.
De plus, Richard Stallman est une homme que je respecte beaucoup.

Pourtant, je ne pense pas que l'on puisse comparer le livre papier et le livre numérique. Effectivement je peux prêter un livre à un ami mais il faudra d'abord que je termine sa lecture et que je rencontre physiquement mon ami pour lui donner.
Je n'aurais besoin que de quelques secondes pour transférer un PDF à plusieurs dizaines d'amis sans même avoir encore jeté un oeil à son contenu.

Attention, je ne veux absolument pas vous dire que les DRM sont nécessaires mais simplement qu'on ne peut pas comparer les deux médias si facilement.

Pour la musique, c'est encore différent. Un CD peut être facilement copié mais là aussi sa diffusion reste plus complexe que le fichier numérique.
Pour la vidéo, c'est la même chose.

Bref, je ne vous apprends rien, un transfert numérique sera toujours plus rapide et plus direct.

J'ajoute une petite nuance : comparer la copie au vol est une erreur. Une copie génère un nouvel élément sans enlever l'élément d'origine à son propriétaire.

La culture a évolué de manière incroyable ces dernières années. L'offre est énorme et accessible. Mettez un enfant devant un étalage de bonbons en lui demandant de ne pas y toucher !

Je ne pense pas que les DRM offrent une solution pérenne mais le débat est complexe.
Il est nécessaire de réunir les parties opposées et d'ouvrir des discussions constructives.

Le bridage technique pourra toujours être contourné mais entraînera forcément un ralentissement de la diffusion.
En revanche, le fond du problème ne sera pas résolu pour autant.

La licence globale apporterait probablement son lot d'avantages mais le partage équitable n'est pas évident.

J'aimerais que les éditeurs, les maisons de disque proposent une véritable démarche envers les internautes pour exprimer leurs craintes et qu'une ébauche de solution puisse voir le jour sans répression systématique.