Yoan De Macedo [ Web & Ecologie ]

Prise de conscience

Je ne sais plus exactement à quel moment j'ai ressenti la véritable urgence. Pas celle qu'on connaît mais qui semble un peu lointaine mais celle qu'on ressent vraiment, qui résonne en nous. C'était au cours des deux dernières années qui viennent de s'écouler.

Nous savons aujourd'hui que pour ne pas dépasser les 2 degrés de réchauffement de la planète, nous ne devons pas rejeter plus de 1.7/2 tonnes d'équivalent CO2 annuellement par personne pour l'ensemble de nos achats, de nos activités (directement et indirectement). Ce sont les chiffres qui circulent et qui semblent être admis par la communauté scientifique. C'est indispensable pour limiter les conséquences du réchauffement. Je ne parle même pas de les empêcher puisqu'il est déjà trop tard. En revanche nous pouvons encore les limiter pour maintenir des conditions de vie "agréables".
La moyenne d'un français serait aujourd'hui autour de 11 tonnes. Oui 11 tonnes. Une division par 6 est nécessaire.

Quelqu'un né dans les années 50 en France dispose d'un quota moyen de 588 tonnes équivalant CO2 utilisable durant toute sa vie (pour 2° de réchauffement). Pour un enfant né en 2016 c'est 176 tonnes (source). On comprend assez vite pourquoi il ne pourra pas se comporter de la même façon et qu'il aura une vie différente. Plus nous ne faisons rien et plus les efforts nécessaires seront importants les années suivantes. Il est temps de se bouger sérieusement.

Alors ne regardons pas le passé en se morfondant. J'ai pris l'avion plusieurs fois avec mes parents quand j'étais jeune puis adulte je l'ai pris aussi pour partir vacances. J'ai aussi acheté et changé bien trop de fois de téléphone, d'ordinateur. Je ne savais pas tout ça. Je le regrette mais c'est fait. Maintenant, je suis informé, je connais les conséquences et ce qu'il faut faire.
J'agis différemment, je vois les choses autrement. Et ... je suis encore bien loin des 2t.
D'ailleurs, à ce sujet, même les comportements héroïques ne suffiront pas (et je n'ai pas un comportement "héroïque"). Les institutions, le monde des entreprises doit aussi changer. La clé vient en grande partie d'eux. Toutefois, le "système" répond aussi à notre volonté, à nos exigences. Il est tout à fait possible de faire évoluer le système par nos changements de comportements. On parle du "point de bascule".

Je ne vous cache pas que les discussions avec mes amis, avec mes proches peuvent être animées. Nous n'avons pas encore tous perçu l'urgence réelle et c'est relativement difficile pour moi de ne pas réagir en m'emportant un peu parfois. C'est peut-être parfois exagéré mais ça vient des tripes. Je compatis avec tous ceux qui se battent déjà depuis des décennies, qui alertent sans cesse. Leur courage mérite d'être salué. J'ai beaucoup de respect pour eux.

A partir du moment où on est informé, quand on connaît les conséquences du réchauffement, du déclin de la biodiversité, des inégalités sociales répugnantes, ne rien faire et continuer comme si de rien n'était est grave. C'est égoïste pour tous les enfants et les jeunes d'aujourd'hui, pour toutes les générations futures. N'oublions pas non plus que les conséquences sont déjà bien réelles pour une partie de l'humanité, qu'elles vont s'accentuer dans les années à venir et que nous serons tous touchés.

Je le répète sans cesse mais n'attendons pas la solution technologique qui stoppera le réchauffement, soignera la biodiversité et fera disparaître les inégalités. Bien sûr la technologie est nécessaire et nous aidera mais le vrai changement viendra de l'évolution de nos modes de vie.

Nous aimons les chiffres et ils sont bien utiles pour comprendre. Je vous laisse jeter un oeil à cet article sur les ordres de grandeur. Gardez en tête les 2 tonnes eq CO2 par an à ne pas dépasser.

'Un A/R Paris-Marseille en TGV émet 10x moins de CO2eq qu'1kg de viande rouge". Impressionnant non ? "En moyenne, un français émet environ 27x plus de CO2 qu'un Burkinabais". Vous comprenez pourquoi je m'agace quand j'entends "il faudra peut-être bien que certains fassent moins d'enfants dans certains pays ...". Si on suit leur raisonnement, ils se trompent de pays. Les responsables, ce sont bien les pays riches. C'est à nous de faire les efforts les plus importants. Les pays pauvres sont les moins responsables et sont ceux qui bénéficient le moins de l'amélioration de niveau de vie. Et pour finir, ce sont eux qui, pour l'instant, se prennent les plus grosses conséquences. Soyons humbles.

Et si on changeait sa voiture pour la planète ? Vous êtes sûr ? Lisez ça. Donc 18 tonnes CO2eq pour une voiture de classe "moyenne". 9 ans du quota CO2 pour toutes les activités, achats d'une personne ...

Tous ces chiffres ne sont pas les miens, ce sont des ordres de grandeurs et ils ne sont probablement pas d'une précision extrême. Il n'est d'ailleurs probablement pas possible d'être exact. Je ne les certifie pas bien sûr mais je n'ai pas vu non plus de chiffres allant dans un sens très différent.

Je sais que je radote un peu sur cette conclusion mais un monde différent ne signifie pas un monde plus terne et plus triste. Non, il peut être confortable, heureux. C'est à nous de définir nos priorités, d'inventer de nouveaux loisirs, de nouveaux repères.

(Posté le 01-02-2021)

Les articles du blog | Qui suis-je ? | S'abonner | mail@yoandm.com

Mentions légales | Politique de confidentialité | RSS | Propulsé par Grav