Blog de Yoan De Macedo http://yoandemacedo.com/blog Les articles du blog de Yoan De Macedo Du nouveau concernant l'authentification forte http://yoandemacedo.com/blog/du-nouveau-concernant-lauthentification-forte En septembre, le paiement par carte bancaire sur le web va évoluer. J'en ai déjà parlé ici.

C'est une bonne nouvelle pour la sécurité. En revanche, pour ceux qui ont un modèle par abonnement ou qui font du paiement en plusieurs fois, c'était une nouvelle précoccupante.

J'ai suivi un webinaire de Stripe en mars qui m'avait permis d'avoir de nombreuses informations. C'était plutôt rassurant pour ceux qui ont besoin de cette récurrence dans les paiements en sauvegardant les informations bancaires de leurs clients (avec leur accord, bien entendu).

J'ai suivi un nouveau webinaire de Stripe cette semaine et j'ai appris de nouvelles informations. C'est moins rassurant cette fois-ci ...

Nous avons à nouveau la confirmation qu'il sera possible de sauvegarder les infos bancaires du client pour pouvoir le débiter plus tard (abonnements, paiement en plusieurs fois ...)
Des exceptions permettent toujours de débiter une carte sans avoir besoin de réauthentification. Toutefois, c'est la banque qui a le dernier mot. Rien ne peut assurer qu'une banque ne demandera pas une nouvelle authentification au Xème paiement.
Cela veut donc dire qu'il faudra prévenir le client que le débit n'a pas fonctionné et lui donner la possibilité d'une nouvelle authentification. Ça veut dire aussi que s'il décide de ne pas le faire, il ne sera plus possible de débiter sa carte. Dans le cas de la vente d'une prestation de service récurrente, qui peut être stoppée en cas de non paiement, ce n'est pas grave (ça se discute ceci dit). Idem si c'est un produit/service qui n'est fourni au client qu'après paiement de toutes les échéances.
Si on vend un produit numérique utilisable complètement dès le départ (ebook, formation ...), c'est déjà plus gênant mais le risque reste celui de la vente d'un produit numérique.
En revanche, si on vend un produit physique payable en plusieurs fois, là, c'est très embêtant.

Je développe un module de paiement en plusieurs fois pour Stripe et Woocommerce, le sujet m'intéresse donc particulièrement. Je vais d'ailleurs poursuivre le développement de mon plugin dans ce sens mais avec les limitations imposées par cette nouvelle norme. Les risques d'impayés peuvent donc théoriquement être plus élevés qu'auparavant.
Reste à savoir si certaines banques demanderont (ou pas) une nouvelle authentification. Ce n'est pas sûr mais lors du webinaire Stripe a clairement insisté sur ce point. Il faut prévoir ce cas qui est théoriquement possible.

]]>
Yoan De Macedo 2019-06-13T20:26:50Z
Du changement dans le paiement par carte bancaire en 2019 sur internet http://yoandemacedo.com/blog/du-changement-dans-le-paiement-par-carte-bancaire-en-2019-sur-internet MAJ 13/06/2019 : Nouvel article.

MAJ 22/03/19 : J'ai reçu un nouveau mail expliquant que le régulateur avait tranché. Dans le cadre d'une carte enregistrée, le paiement sera bien considéré comme initié côté marchand et ne nécessitera donc pas une nouvelle authentification de la part de l'utilisateur. C'est donc une bonne nouvelle pour les paiements en plusieurs fois.

MAJ 16/01/19 : J'ai eu un nouveau retour de Stripe qui me confirme que l'authentification ne sera nécessaire que pour le premier paiement. Une fois la carte enregistrée, dans le cadre d'un paiement en plusieurs fois, il sera possible de continuer le paiement sans authentification supplémentaire.
Bien entendu, dans le cadre d'un Woocommerce par exemple et de l'utilisation de plugin Stripe développé par Woocommerce, il faudra bien sûr qu'ils mettent à jour le module pour qu'il soit capable de prendre en compte les nouveaux protocoles. J'imagine qu'ils le feront au moment nécessaire.

Cette année vont intervenir deux changements majeurs au niveau du paiement par CB en ligne. Elles sont importantes et très utiles car elles visent à lutter contre la fraude en ligne. Je m'intéresse particulièrement à ces évolutions car elles peuvent avoir des conséquences sur mon plugin de paiement en plusieurs fois.

Travaillant beaucoup avec Stripe (ces changements concerneront les autres opérateurs de paiement aussi), j'ai étudié leur documentation et j'ai aussi échangé avec eux (le support est excellent par ailleurs).

Le premier changement, c'est 3D Secure 2. Je ne vais pas détailler longuement en quoi ça consiste mais vous pouvez lire ce document. J'imagine que la réception d'un SMS avec un code lorsque vous passez une commande avec votre CB vous est familier ? En gros 3D Secure 2, c'est une amélioration de ce processus de sécurisation qui limitera les frictions dans le processus de paiement. 3D Secure 2 devrait arriver début 2019.

La seconde, c'est "l'authentification forte" (Strong Customer Authentication). Je vous invite à lire ce document. Elle devrait arriver en septembre 2019. Ce n'est pas tout suite mais il est important de s'y intéresser pour ne pas être pris au dépourvu. On est face à une régulation Européenne. Pour s'authentifier de manière forte, il faut au moins 3 éléments :

  • quelque chose que le client sait (un code, une question de sécurité)
  • quelque chose que le client a (un téléphone, une clé par exemple)
  • quelque chose que le client est (biométrie)

Le consommateur devra donc intervenir au moment du paiement pour s'authentifier.

Chaque paiement initié de la part du client devra être authentifié de manière forte sauf dans certains cas (des exceptions) :

  • transaction en dessous de 30 €
  • transaction à faible risque
  • abonnement
  • liste blanche

Cette liste peut encore évoluer, être modifée d'après ce que j'ai pu lire. J'ai l'impression que ce nouveau protocole n'est pas encore totalement figé. La question qui m'interroge pour les paiements en plusieurs fois, c'est l'intervention du client. En effet, une fois la CB enregistrée (de manière sécurisée bien entendu), les autres échéances doivent pouvoir être débitées sans action de l'utilisateur. Sinon, on ne pourrait plus débiter automatiquement et s'il refuse d'intervenir, l'échéance ne serait pas prélevée.

Si on regarde les exceptions au SCA, on a les abonnements. Un paiement en plusieurs fois est une sorte d'abonnement puisqu'on prélève une somme régulièrement. Toutefois, un point important est à prendre en compte. La somme doit être identique et périodique pour être considérée comme un abonnement. Ex : Je vends un produit à 100 euros en 2 fois sur 2 mois. 2 x 50 euros => c'est bon
Exemple 2 : Je vens un produit à 100 euros en 3 fois. Là on est face à un problème. 100 / 3 = 33.33333333333 ...
Pour arriver à 100 euros comptablement, on doit donc débiter 33.33 puis 33.33 puis 33.34 euros.
La 3ème échéance ne serait pas considérée comme un abonnement car on a 1 centime de différence. Pas de problème pour les 2 premières. C'est donc problématique pour les paiements en plusieurs fois mais aussi pour les fournisseurs de services en mode SaaS par exemple qui facturent à l'usage. Chaque mois, la somme est différente.

C'est donc ce point là que je cherche à éclaircir. On parle de paiement initié par le client. Dans le cas d'un paiement en plusieurs fois, le premier paiement est bien initié par le consommateur mais les paiements suivants sont gérés par le serveur sans action de l'utilisateur. L'authentification forte doit-elle s'appliquer dans ce cas ? Si la réponse est non, alors pas de problème. Si elle doit s'appliquer alors ça complique sérieusement les paiements en plusieurs fois. Là, je n'ai pas une réponse ferme est définitive. J'ai un doute. Il faudrait se conformer aux abonnements et que toutes les échéances soient identiques au centime près.

J'ai du mal à imaginer que cette régulation ne prenne pas en considération cette problématique là car elle risque de concerner beaucoup de monde. Je continue à m'informer sur le sujet et je ne manquerai pas de vous tenir au courant. Il reste encore quelques mois avant que cette régulation s'applique.

]]>
Yoan De Macedo 2019-06-13T20:08:35Z
Et si on mettait un peu la vidéo de côté sur le web ? http://yoandemacedo.com/blog/et-si-on-mettait-un-peu-la-video-de-cote-sur-le-web La vidéo requiert une bande passante conséquente. Si on parle de HD, c'est encore pire. Les études scientitiques se multiplient. Nous devons limiter les ressources consommées sur la planète (énergie fossile, métaux rares, etc). Nous savons que le numérique est très gourmand et il est donc nécessaire de modifier nos usages.

En plus de l'optimisation de nos différents outils, sans oublier une consommation plus frugale, il est clair qu'il est possible de réduire considérablement les besoins en réduisant les flux vidéos qui circulent sur Internet. Ce n'est pas suffisant mais c'est déjà une piste importante.

Le streaming vidéo représenterait (chiffres fin 2018) 58% du débit descendant mondial. C'est énorme.

Comment faire ?

  • utiliser la TNT quand on le peut pour regarder la TV
  • penser aux podcasts pour s'informer (audio) quand c'est possible
  • sélectionner davantage les vidéos qu'on souhaite regarder et en visionner moins
  • s'informer grâce aux blogs texte
  • et bien sûr, créateurs de contenus, n'oubliez pas les bons vieux blogs avec du texte, les podcasts

Nous devons prendre consience que le dématérialisé a des conséquences matérielles et qu'elles ne sont pas négligeables du tout. Cela ne veut pas dire tout arrêter mais proner là encore une certaine sobriété.

]]>
Yoan De Macedo 2019-05-31T16:13:31Z
Réduire sa consommation d'Internet ? http://yoandemacedo.com/blog/reduire-sa-consommation-dinternet Toujours dans ma logique de réduire ma consommation notamment dans un but écologique, je vous ai parlé précédemment de l'impact d'Internet et du numérique en général. Je travaille dans le domaine et c'est un outil passionnant dont je ne veux pas me passer bien sûr (en espérant qu'on parviendra à préserver tout ça, mais c'est une autre histoire).

Revenons à nos premières connexions au réseau. Pour moi, c'était avec un modem 33.6k. On payait un abonnement au fournisseur d'accès (100 francs dans mon cas chez un hébergeur clermontois) ainsi que les consommations téléphoniques (autour de 16 francs l'heure en heure pleine et la moitié en heure creuse de mémoire. Je me trompe peut-être sur les chiffres). Le débit était relativement lent, les sites beaucoup plus légers qu'aujourd'hui mais il fallait du temps pour obtenir ce qu'on cherchait. Il fallait donc aller à l'essentiel. Imaginons 2h de connexion quotidienne en heure creuse. (2 x 8 x 30) + 100 = 580 francs donc environ 88 euros (et 2h par jour ce n'est pas énorme). De plus la ligne était occupée donc pas de téléphone fixe (sauf si vous aviez deux lignes). On se connectait donc après avoir réfléchi à ce qu'on souhaitait faire, on optimisait sa navigation et le reste du temps, on travaillait hors ligne.
L'Infrastructure du réseau n'était donc pas sollicitée de manière aussi intensive qu'aujourd'hui.
En effet, lorsque l'ADSL est arrivée, tout a changé. Un débit 10x plus rapide (ADSL 512k). Connexion illimitée sans consommation téléphonique à payer en plus. Ligne téléphonique libre. Un nouveau monde pour surfer sur le net. Un confort qui valait vraiment le coup. En revanche les usages ont changé. Plus besoin de faire attention à sa consommation, optimisation moins importante. On a donc commencé à solliciter davantage le réseau qui s'est beaucoup développé. Toutefois, il fallait encore être devant sa machine pour naviguer.

Puis, le smartphone est arrivé. Internet dans la poche, tout le temps. Même plus besoin d'être derrière son ordinateur. Un nouveau point de bascule avec des conséquences énormes. L'usage du réseau a pris une autre dimension. En parallèle, augmentation des débits, la vidéo de plus en plus présente sur la toile, popularisation du streaming (musique, VOD). De nombreuses applications en mode SaaS ont remplacé les applications "de bureau" pour beaucoup d'utilisateurs.

Attention, ne pensez pas que je regrette le temps de mon modem RTC mais ne ne pouvons pas nier qu'aujourd'hui nous sollicitons vraiment beaucoup le réseau Internet et l'infrastructure aujourd'hui nécessaire n'a plus rien à voir avec les débuts.

Et, comme pour le reste de la consommation, cette utilisation nécessite beaucoup d'énergie, de ressources. Et face à l'urgence actuelle, je pense qu'il est important de réfléchir aussi à nos usages numériques. C'est ce que j'ai décidé de faire et c'est tout à fait compatible avec mon travail. Je suis bien conscient qu'il faudrait de nouvelles pratiques à grande échelle (et que mes efforts représentent une goutte d'eau) mais si je peux influer sur le comportement ne serait-ce que d'une personne, ce serait déjà une bonne chose.

J'ai commencé par prendre quelques mesures toutes simples que je vais probablement étoffer au fur et à mesure.

  • limitation drastique des services de streaming audio J'achète régulièrement la musique des artistes que j'apprécie, je repasse donc sur une écoute "offline"
  • j'utilise toujours un peu de streaming vidéo (replay notamment) mais je ne suis abonné à aucun service de streaming vidéo
  • j'utiise un maximum d'applications locales et le SaaS pour des applications sans équivalent au niveau des fonctionnalités dont j'ai besoin
  • je suis repassé à l'utilisation des flux RSS que j'avais remplacé par quelques newsletters + des visites régulières sur mes sites "favoris".
  • je n'utilise pas les notifications de type "push" (mais c'était déjà le cas pour d'autres raisons)
  • je stocke beaucoup moins d'emails
  • j'ai configuré ma box pour utiliser le signal TNT pour pas mal de chaînes. D'ailleurs à ce sujet, savez-vous que pour passer un Freebox player en veille profonde, il suffit d'appuyer plus longtemps sur le bouton marche/arrêt ?

Peut-être trouverez-vous tout ça inutile ou au contraire penserez-vous que c'est une piste intéressante. N'hésitez pas à me faire vos retours à ce sujet.

]]>
Yoan De Macedo 2019-05-10T15:18:38Z
Le minimalisme, c'est bon pour l'environnement même pour le numérique. http://yoandemacedo.com/blog/moins-stocker-cest-bon-pour-lenvironnement-et-meme-pour-le-numerique Il est fort probable que vous utilisiez IMAP pour vos emails si vous avez un client "lourd" comme Apple Mail, Thunderbird ou Outlook. Gardez-vous une copie de vos mails pour une utilisation hors connexion et laissez-vous l'ensemble de vos emails sur le serveur ?

Je conserve mes emails depuis 2003.

Lorsque j'ai migré de gmail vers alwaysdata (fin 2017), j'ai décidé de transférer les emails entre les 2 serveurs IMAP mais de ne garder que les emails à partir de 2013. J'ai archivé le reste sur ma machine (avec des sauvegardes bien entendu). Mais entre 2013 et aujourd'hui, j'ai envoyé/reçu beaucoup d'emails.

Vous le savez si vous me connaissez et/ou me lisez régulièrement, je fais de plus en plus attention à l'environnement (probablement pas encore assez). J'ai cependant eu tendance à oublier que le numérique et la dématérialisation ont de véritables récupercussions en matière de pollution, d'impact environnemental. Oui, on utilise peut-être moins de papier et on ne voit pas à permanence les datacenters mais ils sont pourtant bien là. Ils ont besoin d'énergie, de matières rares, pour être fabriquer et fonctionner. Nous n'y pensons probablement pas assez. J'avais déjà parlé un peu de ce sujet précédemment.

Et les emails ? Les hébergeurs nous fournissent de plus en plus d'espace disque. Logiquement, nous avons tendance à laisser les emails s'empiler. Pourquoi les supprimer puisqu'on peut les stocker. Plus nous sommes nombreux à garder toutes nos archives, plus il est nécessaire d'ajouter de l'espace disque, créer des supports, utiliser des matières rares, alimenter le tout, etc ... Comme souvent, nous gardons une copie en local pour pouvoir travailler hors connexion, les données sont finalement stockées chez l'hébergeur et chez nous. Je ne parle pas même pas des sauvegardes qui sont nécessaires bien sûr mais qui sont là aussi réalisées plusieurs fois. Alors oui, financièrement, ce n'est pas un problème mais est-ce bien raisonnable pour notre environnement ? C'est toujours le même problème. Si tout le coût environnemental de nos outils/services/matériels était pris en compte dans le prix d'achat, nous réfléchirions probablement autrement.

J'ai donc décidé de ne garder sur le serveur de mon hébergeur seulement les 2 dernières années d'emails plus quelques bricoles. Le reste, je le stocke sur un disque dur externe. Franchement, j'ai rarement besoin de retrouver un vieux mail. D'ailleurs, souvent, on ne se souvient même pas du contexte donc le mail perd de sa valeur. Je pourrais même en stocker moins et garder le reste sur ma machine car j'ai vraiment très rarement besoin de me connecter depuis un autre poste pour retrouver des emails.

Je n'ai pas encore pris la décision de supprimer complètement ces vieux emails. Si je les perdais, ce ne serait probablement pas si grave pour mon activité.
Ce sera peut-être la prochaine étape. Même si le coût de l'espace disque est faible aujourd'hui, il ne l'est certainement pas environnementalement parlant.

Vous n'utilisez peut-être pas de client "lourd" mais seulement le webmail de votre fournisseur. Mais là aussi, vous pouvez faire le ménage. Pourquoi ne pas supprimer les vieux mails dont vous n'avez plus besoin (avec une sauvegarde préalable en local ou sur un disque dur externe si nécessaire) ? Bien entendu il faut prendre en considération les risques, les besoins nécessaires et agir en conséquence. De mon côté j'ai fait mon choix.

A part les emails, chez moi, ce sont les photos qui prennent de la place. Je n'enregistre plus rien sur les services cloud, j'ai simplement un DropBox pour quelques usages mais je n'ai pas grand chose dessus. Les photos, je ne les supprime pas et je suis méticuleux avec les sauvegardes. En revanche, j'en prends de moins en moins. Fini les clichés à tout-va, je sélectionne les bons moments.

]]>
Yoan De Macedo 2019-05-10T14:13:18Z
La technologie à tout prix ? http://yoandemacedo.com/blog/la-technologie-a-tout-prix Avant d'aller plus loin, pour ceux qui ne me connaissent pas, sachez que j'ai commencé à m'intéresser à l'informatique à l'âge de 4 ans (oui oui) et que la technologie m'a toujours passionné. J'en ai d'ailleurs fait mon métier. Je vous rappelle ceci car je suis bien loin d'être "anti-progrés".

D'autre part, je suis de plus en plus préoccupé par l'état de notre planète et son avenir (et les humains en font partie). Je ne peux plus m'empêcher aujourd'hui de remettre en cause toutes les nouveautés technologiques qui arrivent en mettant en parallèle leurs réels apports et leurs conséquences écologiques (CO2, métaux rares, énergie fossile ...).

Je crois qu'on peut continuer à innover dans certains domaines où c'est utile, important, nécessaire mais aussi savoir freiner quand c'est le moment.
A-t-on besoin de TV sans cesse plus grandes et avec des résolutions délirantes par exemple ? Le confort apporté en vaut-il la chandelle ?
J'ai souhaité écrire cet article après avoir lu ceci.

Je ne peux qu'être d'accord avec ça. Franchement , avons-nous besoin de toujours plus de débit ? Bien sûr, on peut trouver les usages et même les inventer s'il le faut. Toutefois, est-ce nécessaire ? Ce n'est effectivement pas parce qu'on SAIT faire qu'on doit absolument FAIRE. A force de tirer sur la corde, de dépouiller la planète de toutes ses ressources, nous risquons de tout perdre. Oui, le risque de perdre toute notre technologie pour avoir toujours plus est-il vraiment intelligent ?

Bien entendu, il faut faire du profit, créer des besoins, vendre encore et encore et le problème est toujours là. Je crois profondément que nous devons consommer moins, limiter nos usages, savoir faire preuve de retenu et pour le bien de tous. Je ne prône pas pour autant une violente décroissance.

D'ailleurs, les contraintes favorisent la créativité. Optimisons-nous l'usage de nos outils (je pense à l'informatique notamment) ? Non non et non. Les ressources sont souvent gaspillése, les programmes sont souvent mal optimisés, etc. Il est souvent plus facile (et moins cher) d'ajouter de la puissance de calcul que d'optimiser. C'est bien dommage. D'ailleurs je parle pour moi aussi et j'essaie d'être de plus en plus attentif à ça.

Moi aussi j'apprécie mon confort et je n'ai pas envie de le perdre bien sûr. Pourtant, si nous ne prenons pas un chemin différent avec davantage de réflexion en mettant systématiquement les conséquences écologiques de nos actes sur le devant de la scène, l'avenir risque d'être bien moins confortable. A force de fermer les yeux et de croire que tout va bien, la chute risque d'être difficile.

]]>
Yoan De Macedo 2019-03-15T10:04:40Z
Collapsologie et théorie de l'effondrement http://yoandemacedo.com/blog/collapsologie-et-la-theorie-de-leffondrement Les sujets liés à la planète, à l'écologie et au fonctionnement du monde sont importants pour moi. J'ai lu récemment un livre qui m'a vraiment bouleversé : Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes de Pablo Servigne et Raphaël Stevens.

Je crois que c'est la première fois qu'un livre me bouscule autant au point d'y penser en pleine nuit.

J'y pense encore beaucoup et j'avoue qu'il m'arrive très souvent de remettre les choses en perspective à travers cette lecture. C'est assez destabilisant.

J'en arrive même à remettre en question ma vie professionnelle en me demandant si certais de mes choix sont les bons ou si je ne devrais pas utiliser mes compétences pour des activités plus utiles à la planète. C'est quelque chose auquel je réfléchis pratiquement tous les jours en ce moment.

Avant toute chose, une petite définition de la collapsologie s'impose. Il en existe plusieurs. Je trouve que celle-ci résume bien la pensée générale de ce "mouvement" (des variantes existent) :

L’effondrement est « le processus à l’issue duquel les besoins de base ne sont plus fournis à une majorité de la population par des services encadrés par la loi»

Je ne sais pas si les collapsologues voient juste ou s'ils se trompent. J'avoue qu'il est beaucoup plus facile et confortable de se dire qu'ils sont à côté de la plaque. Pourtant, on est très loin des prédictions "mystiques" que l'on a déjà pu entendre à de nombreuses reprises. Ici, on parle chiffres, on avance des arguments, on s'appuie sur des études scientifiques très sérieuses. C'est bien la raison pour laquelle la lecture de ce livre secoue autant. On peut difficilement s'empêcher de penser "et si ça arrivait vraiment demain" ...

Les changements climatiques sont là, visibles. Chez nous, on n'en voit peut-être pas encore les effets les plus néfastes mais on ne peut pas les ignorer. Dans certaine régions du monde, c'est déjà dramatique. Les crises financières, on connait aussi et la prochaine s'annonce encore bien plus violente que la précédente d'après les dernières études. La biodiversité ... qui pourrait nier que de nombreuses espèces disparaissent les unes après les autres ? Qui peut affirmer que les énergies fossiles sont inépuisables et que la transition sera terminée à temps (quand on voit les avancées actuelles ....)

La collapsologie étudie l'ensemble de ces facteurs et certains pensent donc qu'une crise majeure dans un ou plusieurs des secteurs évoqués précédemment pourrait tel un château de carte se déverser sur les autres secteurs et entraîner la fin de notre civilisation thermo-industrielle.

On ne parle pas de la fin du monde mais de la fin du monde tel que nous le connaissons. Plus d'eau facilement accessible en ouvrant le robinet, idem pour l'électricité, la fin d'Internet, le retour aux déplacements à cheval, etc ... Il est franchement difficile d'imaginer une telle situation (même si certains la vivent dans d'autres régions du globe). Quand on lit ça, on peut vraiment trouver tout ça saugrenu, certains en riront. De mon côté, je suis mal à l'aise face à ces informations. Je ne crois aveuglément la première lecture venue mais franchement l'état du monde actuel m'inquiète. Les alertes se multiplient de la part de très nombreux scientifiques. D'ailleurs les collapsologues dont je parle font un travail très sérieux. Le pire de tout, ce sont les dates annoncées. Une partie des collapsologues annoncent cet effrondrement d'ici 2030 (demain quoi ...).

D'autres sont moins "pessimistes" et pensent qu'une transition réalisée dans l'urgence pourrait peut-être empêcher certaines catastrophes mais il faut aller vite, prendre des mesures drastiques et ... c'est mal parti. D'autres encore croient que la technologie nous sauvera, qu'on trouvera les solutions techniques pour résoudre l'ensemble des problèmes à venir. Mais trouverons-nous celles-ci assez vite ?

Personnellement (et je m'intéresse beaucoup à la technologie), je crois qu'il est vraiment dangeureux de nier tout ça et de croire que la technologie nous sauvera et qu'on peut continuer notre petite vie tranquillement sans faire aucun effort (et continuer à sacager la planète).
J'espère vraiment que les collapsologues sont trop pessimistes et que cet effondrement n'arrivera pas (pour nous et les générations futures) mais une partie de moi ne peut pas s'empêcher d'entrevoir ici une réelle possibilié si rien n'est fait pour l'éviter.

Les gouvernements doivent absolument considérer ces problématiques comme des priorités (climat, biodiversité, etc) car sans mesures fortes, j'ai peur que la transition soit beaucoup trop longue même si les prises de conscience sont de plus en plus nombreuses. Toutefois, ça n'empêche pas non plus chacun d'entre nous, de réfléchir et d'agir dès maintenant. Consommer moins, manger moins de viande, prendre soin de l'environnement. On a tous un rôle à jouer. Que l'on pense cet effrondrement comme possible (ou pas), l'urgence climatique est bel et bien là. Souhaitons-nous laisser un monde en agonie à nos enfants ?

]]>
Yoan De Macedo 2019-02-22T20:09:37Z
Diminuer une partie de la pollution grâce au télétravail ? http://yoandemacedo.com/blog/diminuer-une-partie-de-la-pollution-grace-au-teletravail Les trajets en voiture font partie des responsables de la pollution de l'air. Bon, c'est loin d'être le seul et probablement pas le plus important mais ce n'est pas un facteur négligeable. Je crois sincèrement que le télétravail pourrait participer à améliorer cette situation. Beaucoup de salariés prennent leur voiture pour parcourir de nombreux kilomètres afin de se retrouver devant un ordinateur toute la journée. Est-ce vraiment utile ? Ne pourraient-ils pas travailler de chez eux au moins une partie de la semaine ? La technologie le permet très facilement aujourd'hui.

Pourquoi ne pas subventionner les entreprises pour qu'elles puissent payer l'accès à un espace de coworking local pour ceux qui souhaitent travailler en dehors de chez eux (ou qui ne peuvent pas travailler de chez eux) et par ailleurs faciliter la création de tels lieux ?

J'ai l'impression que ce genre de mesures ne seraient pas très complexes à mettre en place et qu'elles pourraient améliorer la situation.

En plus d'aider la planète, le télétravail apporte un confort non négligeable pour les personnes concernées.

]]>
Yoan De Macedo 2018-11-17T16:47:17Z
Bullshit jobs http://yoandemacedo.com/blog/bullshit-jobs-chomage-et-revenu-universel La thématique du monde du travail (et les alternatives possibles) est un domaine qui m'intéresse beaucoup. On reparle beaucoup des "Bullshit jobs" en ce moment suite à la sortie du livre de l'anthropologue David Graeber.

De nombreuses personnes occupent un poste dans une structure qui leur semble inutile, vide de sens. Elles gagnent leur vie avec ce travail mais sont malheureux à cause de celui-ci. C'est un véritable fléau. Alors que la technologie devrait nous "libérer" du travail, donner davantage de temps libre aux individus, on en arrive à ce genre d'absurdité. C'est vraiment triste.

Tant que le travail aura cette place centrale dans la société et qu'il sera strictement lié au revenu perçu, j'ai peur que ça ne change pas. Avec la montée en charge de l'intelligence artificielle, j'espère qu'on ne va pas essayer de remplacer les métiers automatisés par de nouveaux métiers vides de sens.

Je ne sais pas si le revenu universel est la bonne solution mais au premier abord cette piste mérite vraiment d'être étudiée plus précisément. Le problème principal, c'est bien la redistribution des revenus générés grâce à l'automatisation. Si la répartition était plus logique alors cet argent pourrait probablement financer ce type d'alternative. C'est l'ensemble de notre système qu'il faut remettre en cause. Qui osera prendre ça en main ?

]]>
Yoan De Macedo 2018-09-19T15:04:41Z
Le télétravail, et vous ? http://yoandemacedo.com/blog/le-teletravail-et-vous Je viens de relire la semaine de 4h de Tim Ferriss et je dois dire que ce livre est toujours aussi stimulant.
Je ne suis pas d'accord avec tous les éléments notamment la partie concernant l'externalisation utilisant du personnel à moindre coût à l'autre bout du monde. J'avoue avoir un peu de mal avec ça.
La création d'une muse, aussi, parait simple mais la réalité est tout autre, surtout aujourd'hui (le livre a quelques années). Toutefois, il est encore possible de réaliser de beaux projets grâce à Internet et ce mode de travail permet de s'approcher de son propre "art de vivre." L'ouvrage est très bien "marketé" (dont le titre) et il ne faut pas tout prendre à la lettre non plus. Mais, globabement, en le lisant avec un peu de recul et en intégrant sa propre philosophe, ce livre est plein de conseils, d'ouverture d'esprit.

Je l'ai lu pour la première fois en 2013 et je voulais voir si après 5 ans et pas mal de nouvelles expériences je le verrai sous un autre angle. Je m'intéresse beaucoup au mouvement minimaliste, à la méditation pleine conscience par exemple depuis quelques années. En 2013, je n'avais pas encore étudié ces domaines là et je ne me souvenais pas que Tim Ferriss les mentionne finalement à sa façon. J'ai redécouvert cette partie de l'ouvrage.

Depuis 2012, je travaille la plupart du temps en télétravail (80% du temps) et le travail à distance est une des clés pour l'auteur bien sûr. Je dois dire qu'aujoud'hui, c'est un point très important pour moi. Je ne suis pas certain de pouvoir facilement me réintégrer dans un travail "classique" demandant une présence dans un bureau chaque jour de la semaine. Je ne sais pas si j'y serai confronté un jour mais j'espère bien que ce ne sera pas le cas. C'est inenvisageable pour moi aujourd'hui. Rien que le fait d'y penser me met mal à l'aise.
Si vous n'avez jamais essayé et que le télétravail vous tente, vous devriez expérimenter. Si vous êtes entrepreneur, c'est plus simple mais si vous êtes salarié, ce n'est pas perdu. Tim Ferriss donne pas mal de pistes à ce sujet. Si vous amenez la demande intelligemment et que vous montrez à votre "responsable" (j'ai vraiment du mal avec cette terminologie hiérarchique) que votre productivité pourrait être grandement améliorée, c'est probablement négociable.

Si vous n'avez jamais lu ce livre, je vous le conseille vraiment. Lisez-le avec un peu de recul et vous verrez qu'il vous fera beaucoup réfléchir. Me concernant, je pense qu'il s'est passé quelque chose après voir lu ce livre et encore autre chose en le relisant.

Je crois que le message le plus important concerne l'art de vivre (lifestyle chez les Anglo-Saxons). Ce n'est pas parce que la majorité des gens vivent d'une certaine façon que l'on doit faire de même. C'est vrai dans beaucoup de domaine. Etre à contre-courant n'est pas toujours une mauvaise chose, c'est même parfois bien plus intéressant. Chacun peut placer le curseur où il le souhaite et expérimenter.

]]>
Yoan De Macedo 2018-09-19T14:34:36Z