Blog de Yoan De Macedo http://yoandemacedo.com/blog Les articles du blog de Yoan De Macedo Ralentir http://yoandemacedo.com/blog/ralentir Je crois que si l'on veut réussir la transition écologique (qui est plus une révolution qu'une transition comme le dit Aurélien Barrau), il va vraiment falloir ralentir.

Ralentir, c'est prendre davantage de temps pour fabriquer soi-même.
Ralentir, c'est voyager plus lentement, peut-être plus longtemps aussi.
Ralentir, c'est consommer moins.
Ralentir, c'est moins travailler.
Ralentir, c'est accepter de s'ennuyer, de flâner sans but particulier.
Ralentir, c'est ne pas chercher une distraction dès que nous ne sommes plus occupé.

La liste pourrait être encore plus longue mais vous comprendrez aisément où je veux en venir. Pour y parvenir, nous avons besoin de plus de temps libre mais pas forcément pour consommer.

La technologie devait nous y aider. C'est en partie le cas. Globalement, le travail est moins difficile physiquement (psychologiquement, c'est un autre débat), on a davantage de vacances et la vie est moins rude sur de nombreux aspects.
Toutefois, ce n'est pas le cas pour tous, loin de là. Tout le monde n'a pas la chance de profiter de l'amélioration des conditions de vie des dernières décennies.
Tout n'est pas à jeter et je considère être très chanceux de vivre à cette époque et à l'endroit où je vis. Mais si nous ne faisons rien, le futur sera probablement moins sympathique.

Nous avons tellement accéléré que nous travaillons toujours beaucoup alors que nous pourrions probablement avoir bien plus de temps libre (et partager davantage le travail). Bien sûr, cela signifie partager équitablement la richesse produite grâce à la technologie justement et peut-être faire évoluer la notion de revenu lié liée à l'activité professionnelle.

Il faut remettre à plat une bonne partie du système et ça risque d'être bien difficile. Pourtant, je trouve cette perspective tellement inspirante.

]]>
Yoan De Macedo 2019-08-01T17:11:20Z
Et si on ringardisait l'hyperconsommation ? http://yoandemacedo.com/blog/et-si-on-ringardisait-lhyperconsommation Comme l'explique très bien l'historien Yuval Noah Harari dans ses ouvrages, c'est probablement la formidable capacité d'abstraction de l'Homme qui le distingue des autres espèces. C'est celle-ci qui nous a permis de nous organiser, de nous développer, d'inventer sans cesse.

En effet, nous sommes capables de créer des concepts au-delà de leur existence matérielle. Qu'est ce qu'une SARL, un parti politique, un contrat de travail ? Tout ça n'existe pas. Pourtant de nombreux contrats, lois, règles régissent notre vie quotidienne. Ces concepts abstraits sont très puissants puisqu'ils nous permettent tout simplement d'intérargir tous ensemble à des niveaux élevés.

Vous devez vous demander où je veux en venir ... Un de ces concepts est l'argent. Pourquoi un morceau de papier pourrait valoir 20 euros, 100 euros, 500 euros. Pourquoi un enregistrement dans une base de données peut vous rendre riche ... ou pas ? Tout simplement parce qu'on a décidé d'y croire et que l'ensemble de la société y croit. C'est assez marrant de voir les choses comme ça je trouve. On se rend compte que beaucoup d'éléments qui nous entourent ne sont finalement qu'une vue de l'esprit et qu'il suffit que tout le monde décide de les voir différemment pour qu'ils changent.

Je ne sais pas si vous avez écouté Aurélien Barrau dans les médias. Personnellement, j'aime beaucoup la façon dont il parle du monde et de l'écologie. Il est souvent critiqué mais son discours est pourtant plein de bon sens. Indirectement, une partie de ce qu'il dit est lié à ce que je viens de décrire plus haut. Avoir une grosse berline, des vêtements de luxe est un rêve pour beaucoup monde. Pourquoi ? Parce que ces produits sont considérés comme une preuve de réussite, de statut social liés à l'argent. Argent qui est lui-même un concept abstrait. Quand on y réfléchit 2 secondes, c'est assez dingue non ?

Au contraire, le climat est bien concret et les conséquences du réchauffement sont bien visibles et difficiles pour beaucoup. Pourtant, c'est un sujet qui semble passer au second plan, bien après la consommation.

Viser le confort, on peut le comprendre aisément. Manger à sa faim, avoir un toît sur la tête, il parait tout à fait normal de le vouloir (et malheureusement, ce n'est pas le cas pour tous). Avoir la chance de vivre avec un confort plus important (meilleure nourriture, un canapé confortable, etc), là aussi, il parait légitime de le souhaiter. Mais, à partir d'un certain niveau, on est plus dans un besoin "physique nécessaire" mais à un niveau d'abstraction qui, lorsqu'on l'observe avec un peu de recul, n'est pas vraiment utile si ce n'est pour flatter son égo ou se faire remarquer (ce qui revient un peu au même).

Si on suit le raisonnement d'Aurélien tel que je l'ai compris, il "suffirait" de modifier notre vision du monde pour changer ces concepts. Si demain, conduire une grosse berline ou s'habiller avec des vêtements de luxe devenait aussi ringard que le couple sandale/chaussette alors les comportements changeraient dans la foulée. Et pourquoi pas ?

]]>
Yoan De Macedo 2019-07-12T18:52:37Z
On mange végétarien à midi ? http://yoandemacedo.com/blog/on-mange-vegetarien-a-midi Depuis un bon moment maintenant, nous avons drastiquement réduit notre consommation de viande et de poisson. Nous gardons une alimentation en partie différente pour notre enfant car la petite enfance est une période clé pour le développement. Je ne maîtrise pas encore suffisamment ce régime alimentaire pour prendre des risques. Il faut acquérir une certaines quantité de connaissances et de réflexes pour changer ses habitudes alimentaires tout en gardant un bon équilibre.

Je ne parlerai pas de bien être animal dans ce billet même si c'est un point très important. Je ne me sens d'ailleurs pas la légimité de le faire car je mange toujours (même si c'est en quantité réduite) de la viande et du poisson.

La première raison pour laquelle j'ai décidé de consommer davantage de matière végétale, c'est l'environnement. Je consomme toujours des oeufs et des produits laitiers raisonnablement. Il suffit de se documenter un peu pour comprendre que l'élevage a des conséquences très importantes sur l'état de la planète. Je ne dis pas non plus qu'il faut complétement arrêter. Je ne sais pas et je n'ai pas la prétention d'affirmer de telles choses.

Toutefois, je suis certain qu'il faut baisser de manière importante notre consommation tout en accompagnant les filières qui dépendent de celle-ci. En effet (et c'est vrai pour la plupart des soucis environnementaux), il ne suffit pas de baisser la consommation par ici ou par là. Le fonctionnement de notre système étant basé sur la croissance, il est indispensable d'accompagner ceux qui perdront du chiffre d'affaires ou même leur travail. D'ailleurs, si on veut que cette transition fonctionne, je ne crois pas qu'on puisse faire autrement. Changer les fondements du système (c'est nécessaire) prendrait trop de temps face à l'urgence actuelle. Cet accompagnement est complexe mais il est capital de ne pas laisser personne sur le bord de la route.

]]>
Yoan De Macedo 2019-07-09T15:07:49Z
Et si on mettait un peu la vidéo de côté sur le web ? http://yoandemacedo.com/blog/et-si-on-mettait-un-peu-la-video-de-cote-sur-le-web La vidéo requiert une bande passante conséquente. Si on parle de HD, c'est encore pire. Les études scientifiques se multiplient. Nous devons limiter les ressources consommées sur la planète (énergie fossile, métaux rares, etc). Nous savons que le numérique est très gourmand et il est donc nécessaire de modifier nos usages.

En plus de l'optimisation de nos différents outils, sans oublier une consommation plus frugale, il est clair qu'il est possible de réduire considérablement les besoins en réduisant les flux vidéos qui circulent sur Internet. Ce n'est pas suffisant mais c'est déjà une piste importante.

Le streaming vidéo représenterait (chiffres fin 2018) 58% du débit descendant mondial. C'est énorme.

Comment faire ?

  • utiliser la TNT quand on le peut pour regarder la TV
  • penser aux podcasts pour s'informer (audio) quand c'est possible
  • sélectionner davantage les vidéos qu'on souhaite regarder et en visionner moins
  • s'informer grâce aux blogs texte
  • et bien sûr, créateurs de contenus, n'oubliez pas les bons vieux blogs avec du texte, les podcasts

Nous devons prendre consience que le dématérialisé a des conséquences matérielles et qu'elles ne sont pas négligeables du tout. Cela ne veut pas dire tout arrêter mais proner là encore une certaine sobriété.

]]>
Yoan De Macedo 2019-07-09T15:07:16Z
Réponse à Mat du podcast Relife http://yoandemacedo.com/blog/reponse-a-mat-du-podcast-relife J'ai écrit un petit mail à l'équipe de Relife Podcast, un podcast que j'écoute depuis ses origines (ainsi que son ancêtre Niplife).

Je voulais savoir s'ils envisageaient de parler un peu d'écologie autour du numérique, un sujet qui m'interroge beaucoup.
Mat, un des animateurs, m'a répondu sous une forme podcastique (on ne refait pas les passionnés ;)) et vous pouvez écouter sa réponse ici.
Tout d'abord, je souhaitais le remercier d'avoir pris le temps de me répondre.

Mon mail contenait des liens vers plusieurs articles de mon blog sur le sujet.

Je souhaite apporter quelques compléments car nous sommes d'accords en partie mais pas totalement. C'est donc l'occasion de lancer un petit débat, chouette.

Tout d'abord, lorsque je parle de revenir vers le "local", je le pense très fortement pour tout ce qui est alimentaire par exemple (et d'autres domaines) mais ce n'était pas vraiment le point que j'abordais ici. Je suis tout à fait d'accord sur le télétravail qui pourrait limiter les déplacements s'il était davantage généralisé. Je le pratique d'ailleurs.

Mais, j'émettais ici l'idée de réfléchir à nouveau au côté "hors ligne" de sa consommation numérique.
Par exemple si j'utilise des outils de bureautique sur le cloud, en plus de consommer l'énergie de ma machine, je consomme l'énergie d'un serveur distant et je fais circuler des données sur la toile.
Ai-je besoin de le faire si je dispose d'outils offline ? (oui certains outils du cloud ont des modes offline très efficaces, il ne faut donc pas tout mettre dans le même panier). Certains outils ont intérêt à être utilisés en ligne, je ne généralise pas.
Pareil pour la musique. Si j'aime un artiste, je peux acheter l'album (numérique ou CD) puis l'écouter offline sans streamer à chaque fois (ou utiliser le mode offline que proposent certains services en ligne comme le suggérait Mat). Je pourrais continuer la liste mais globalement, ce que j'essaie de mettre en avant, c'est qu'on a pas besoin de tout faire en ligne. C'est devenu une telle habitude qu'on y pense même plus mais pourtant, c'est possible.

Ensuite, je parlais effectivement de la vidéo en ligne qui pose de véritables questions. Je suis tout à fait d'accord sur le fait de diminuer la qualité de la vidéo. Très honnêtement, la plupart des vidéos qu'on visionne en ligne ne perdent pas grand chose en intérêt si on en diminue la résolution. En ce qui concerne le visionnage de séries, de films, certains voudront une grande qualité pour les regarder sur du matériel haut de gamme. Là, difficile de les convaincre j'en ai peur même si on devrait (j'en suis convaincu) accepter de diminuer notre confort là dessus.

Le point le plus important sur lequel je voulais réagir, c'est sur les datacenters. Je me suis beaucoup informé sur cette "économie verte" et un point revient toujours. Ok, on renouvelle l'énergie et son utilisation pollue très peu. Mais pour fabriquer un panneau solaire, une éolienne, ce n'est pas la même chose. On ne pollue pas à l'utilisation mais celle-ci se situe en amont et après quand le matériel n'est plus utilisable. Si on ajoute l'utilisation énorme de métaux rares dans l'équation, on en arrive assez rapidement à une conclusion qui me semble sans appel : pour moi, le renouvelable pollue aussi mais autrement. Clairement, je ne connais pas de solution qui soit réellement "propre". Peut-être qu'on la trouvera un jour et j'en serai le premier heureux.

Mais, pour le moment, à moins de revoir notre consommation à la baisse, je ne vois pas vraiment comment on peut améliorer les choses. Revoir à la baisse tout en utilisant au maximum l'énergie renouvelable bien sûr. Personellement, je ne crois pas au transfert vers le renouvelable sans baisser en même temps notre consommation. Je vais peut-être donner une image de décroissance en parlant ainsi (et j'assume) mais c'est ce que je pense sincèrement. Et d'ailleurs, ce n'est pas une mauvaise chose. ça ne veut pas dire pour autant que j'abandonne la technologie que j'affectionne tout particulièrement. J'ai juste pris conscience qu'on ne pouvait pas faire la course à la technologie sans réfléchir aux impacts présents et futurs.

]]>
Yoan De Macedo 2019-07-04T12:06:09Z
Ethique et "business" http://yoandemacedo.com/blog/ethique-et-business J'ai assisté à un évènement il y a quelques jours où j'ai pu revoir pas mal de connaissances qui travaillent aussi dans le domaine du numérique (oui je n'aime pas le mot digital). Je n'avais pas participé à un échange de ce type depuis un moment. C'était l'occasion de discuter et d'écouter aussi.

Clairement, je me sens vraiment de plus en plus éloigné de l'écosystème startup et surtout d'une bonne partie du marketing lié.

Par exemple, concernant la vente de mon plugin Stripeseveral, je reçois régulièrement des demandes d'informations. Je réponds aux questions mais j'ai décidé délibérement de ne pas conserver les adresses emails des contacts qui n'achètent finalement pas le plugin dans une liste. On me l'a bien fait remarquer (et c'est vrai), puisqu'ils se sont intéressés à celui-ci, ils pourraient peut-être en avoir besoin plus tard. Le risque, à ce moment là, c'est qu'ils ne pensent plus à mon module. Il pourrait donc être judicieux de les relancer quelques mois plus tard. C'est quelque chose que je refuse de faire pour des raisons éthiques. Alors oui, je perds probablement des ventes à cause de ça mais c'est un choix. Je déteste qu'on exploite mes données personnelles pour ce genre de choses donc je ne souhaite pas le faire non plus. Je vous laisse imaginer ce que je peux penser quand j'entends autour de moi parler des recherches "lookalike" qui permettent de balancer une liste d'emails à un réseau social pour cibler des utilisateurs avec un profil similaire. Je ne veux pas donner la liste des emails de mes acheteurs à un tel mastodonte même si on m'assure qu'elles ne seront pas utilisées à d'autres fins ... Je suis aussi relativement mal à l'aise dans le fait d'ennuyer des gens qui ne recherchent pas forcément mon produit. Alors oui, je sais, c'est puissant, on peut générer des ventes avec ces outils. Tant pis.

Par ailleurs, je suis dérangé par d'autres points qui concernent mes activités et qui me font beaucoup réfléchir. Par exemple, j'ai décidé de consommer moins, de tendre vers une certaine "sobriété". J'utilise des guillemets car je suis très loin de la sobriété telle qu'on pourrait l'imaginer. J'essaie seulement d'être raisonnable.

Mon activité étant fortement liée à l'e-commerce, je suis parfois confronté à certains dilemnes.

]]>
Yoan De Macedo 2019-06-28T11:33:48Z
Du nouveau concernant l'authentification forte http://yoandemacedo.com/blog/du-nouveau-concernant-lauthentification-forte En septembre, le paiement par carte bancaire sur le web va évoluer. J'en ai déjà parlé ici.

C'est une bonne nouvelle pour la sécurité. En revanche, pour ceux qui ont un modèle par abonnement ou qui font du paiement en plusieurs fois, c'était une nouvelle précoccupante.

J'ai suivi un webinaire de Stripe en mars qui m'avait permis d'avoir de nombreuses informations. C'était plutôt rassurant pour ceux qui ont besoin de cette récurrence dans les paiements en sauvegardant les informations bancaires de leurs clients (avec leur accord, bien entendu).

J'ai suivi un nouveau webinaire de Stripe cette semaine et j'ai appris de nouvelles informations. C'est moins rassurant cette fois-ci ...

Nous avons à nouveau la confirmation qu'il sera possible de sauvegarder les infos bancaires du client pour pouvoir le débiter plus tard (abonnements, paiement en plusieurs fois ...)
Des exceptions permettent toujours de débiter une carte sans avoir besoin de réauthentification. Toutefois, c'est la banque qui a le dernier mot. Rien ne peut assurer qu'une banque ne demandera pas une nouvelle authentification au Xème paiement.
Cela veut donc dire qu'il faudra prévenir le client que le débit n'a pas fonctionné et lui donner la possibilité d'une nouvelle authentification. Ça veut dire aussi que s'il décide de ne pas le faire, il ne sera plus possible de débiter sa carte. Dans le cas de la vente d'une prestation de service récurrente, qui peut être stoppée en cas de non paiement, ce n'est pas grave (ça se discute ceci dit). Idem si c'est un produit/service qui n'est fourni au client qu'après paiement de toutes les échéances.
Si on vend un produit numérique utilisable complètement dès le départ (ebook, formation ...), c'est déjà plus gênant mais le risque reste celui de la vente d'un produit numérique.
En revanche, si on vend un produit physique payable en plusieurs fois, là, c'est très embêtant.

Je développe un module de paiement en plusieurs fois pour Stripe et Woocommerce, le sujet m'intéresse donc particulièrement. Je vais d'ailleurs poursuivre le développement de mon plugin dans ce sens mais avec les limitations imposées par cette nouvelle norme. Les risques d'impayés peuvent donc théoriquement être plus élevés qu'auparavant.
Reste à savoir si certaines banques demanderont (ou pas) une nouvelle authentification. Ce n'est pas sûr mais lors du webinaire Stripe a clairement insisté sur ce point. Il faut prévoir ce cas qui est théoriquement possible.

]]>
Yoan De Macedo 2019-06-13T20:26:50Z
Du changement dans le paiement par carte bancaire en 2019 sur internet http://yoandemacedo.com/blog/du-changement-dans-le-paiement-par-carte-bancaire-en-2019-sur-internet MAJ 13/06/2019 : Nouvel article.

MAJ 22/03/19 : J'ai reçu un nouveau mail expliquant que le régulateur avait tranché. Dans le cadre d'une carte enregistrée, le paiement sera bien considéré comme initié côté marchand et ne nécessitera donc pas une nouvelle authentification de la part de l'utilisateur. C'est donc une bonne nouvelle pour les paiements en plusieurs fois.

MAJ 16/01/19 : J'ai eu un nouveau retour de Stripe qui me confirme que l'authentification ne sera nécessaire que pour le premier paiement. Une fois la carte enregistrée, dans le cadre d'un paiement en plusieurs fois, il sera possible de continuer le paiement sans authentification supplémentaire.
Bien entendu, dans le cadre d'un Woocommerce par exemple et de l'utilisation de plugin Stripe développé par Woocommerce, il faudra bien sûr qu'ils mettent à jour le module pour qu'il soit capable de prendre en compte les nouveaux protocoles. J'imagine qu'ils le feront au moment nécessaire.

Cette année vont intervenir deux changements majeurs au niveau du paiement par CB en ligne. Elles sont importantes et très utiles car elles visent à lutter contre la fraude en ligne. Je m'intéresse particulièrement à ces évolutions car elles peuvent avoir des conséquences sur mon plugin de paiement en plusieurs fois.

Travaillant beaucoup avec Stripe (ces changements concerneront les autres opérateurs de paiement aussi), j'ai étudié leur documentation et j'ai aussi échangé avec eux (le support est excellent par ailleurs).

Le premier changement, c'est 3D Secure 2. Je ne vais pas détailler longuement en quoi ça consiste mais vous pouvez lire ce document. J'imagine que la réception d'un SMS avec un code lorsque vous passez une commande avec votre CB vous est familier ? En gros 3D Secure 2, c'est une amélioration de ce processus de sécurisation qui limitera les frictions dans le processus de paiement. 3D Secure 2 devrait arriver début 2019.

La seconde, c'est "l'authentification forte" (Strong Customer Authentication). Je vous invite à lire ce document. Elle devrait arriver en septembre 2019. Ce n'est pas tout suite mais il est important de s'y intéresser pour ne pas être pris au dépourvu. On est face à une régulation Européenne. Pour s'authentifier de manière forte, il faut au moins 3 éléments :

  • quelque chose que le client sait (un code, une question de sécurité)
  • quelque chose que le client a (un téléphone, une clé par exemple)
  • quelque chose que le client est (biométrie)

Le consommateur devra donc intervenir au moment du paiement pour s'authentifier.

Chaque paiement initié de la part du client devra être authentifié de manière forte sauf dans certains cas (des exceptions) :

  • transaction en dessous de 30 €
  • transaction à faible risque
  • abonnement
  • liste blanche

Cette liste peut encore évoluer, être modifée d'après ce que j'ai pu lire. J'ai l'impression que ce nouveau protocole n'est pas encore totalement figé. La question qui m'interroge pour les paiements en plusieurs fois, c'est l'intervention du client. En effet, une fois la CB enregistrée (de manière sécurisée bien entendu), les autres échéances doivent pouvoir être débitées sans action de l'utilisateur. Sinon, on ne pourrait plus débiter automatiquement et s'il refuse d'intervenir, l'échéance ne serait pas prélevée.

Si on regarde les exceptions au SCA, on a les abonnements. Un paiement en plusieurs fois est une sorte d'abonnement puisqu'on prélève une somme régulièrement. Toutefois, un point important est à prendre en compte. La somme doit être identique et périodique pour être considérée comme un abonnement. Ex : Je vends un produit à 100 euros en 2 fois sur 2 mois. 2 x 50 euros => c'est bon
Exemple 2 : Je vens un produit à 100 euros en 3 fois. Là on est face à un problème. 100 / 3 = 33.33333333333 ...
Pour arriver à 100 euros comptablement, on doit donc débiter 33.33 puis 33.33 puis 33.34 euros.
La 3ème échéance ne serait pas considérée comme un abonnement car on a 1 centime de différence. Pas de problème pour les 2 premières. C'est donc problématique pour les paiements en plusieurs fois mais aussi pour les fournisseurs de services en mode SaaS par exemple qui facturent à l'usage. Chaque mois, la somme est différente.

C'est donc ce point là que je cherche à éclaircir. On parle de paiement initié par le client. Dans le cas d'un paiement en plusieurs fois, le premier paiement est bien initié par le consommateur mais les paiements suivants sont gérés par le serveur sans action de l'utilisateur. L'authentification forte doit-elle s'appliquer dans ce cas ? Si la réponse est non, alors pas de problème. Si elle doit s'appliquer alors ça complique sérieusement les paiements en plusieurs fois. Là, je n'ai pas une réponse ferme est définitive. J'ai un doute. Il faudrait se conformer aux abonnements et que toutes les échéances soient identiques au centime près.

J'ai du mal à imaginer que cette régulation ne prenne pas en considération cette problématique là car elle risque de concerner beaucoup de monde. Je continue à m'informer sur le sujet et je ne manquerai pas de vous tenir au courant. Il reste encore quelques mois avant que cette régulation s'applique.

]]>
Yoan De Macedo 2019-06-13T20:08:35Z
Réduire sa consommation d'Internet ? http://yoandemacedo.com/blog/reduire-sa-consommation-dinternet Toujours dans ma logique de réduire ma consommation notamment dans un but écologique, je vous ai parlé précédemment de l'impact d'Internet et du numérique en général. Je travaille dans le domaine et c'est un outil passionnant dont je ne veux pas me passer bien sûr (en espérant qu'on parviendra à préserver tout ça, mais c'est une autre histoire).

Revenons à nos premières connexions au réseau. Pour moi, c'était avec un modem 33.6k. On payait un abonnement au fournisseur d'accès (100 francs dans mon cas chez un hébergeur clermontois) ainsi que les consommations téléphoniques (autour de 16 francs l'heure en heure pleine et la moitié en heure creuse de mémoire. Je me trompe peut-être sur les chiffres). Le débit était relativement lent, les sites beaucoup plus légers qu'aujourd'hui mais il fallait du temps pour obtenir ce qu'on cherchait. Il fallait donc aller à l'essentiel. Imaginons 2h de connexion quotidienne en heure creuse. (2 x 8 x 30) + 100 = 580 francs donc environ 88 euros (et 2h par jour ce n'est pas énorme). De plus la ligne était occupée donc pas de téléphone fixe (sauf si vous aviez deux lignes). On se connectait donc après avoir réfléchi à ce qu'on souhaitait faire, on optimisait sa navigation et le reste du temps, on travaillait hors ligne.
L'Infrastructure du réseau n'était donc pas sollicitée de manière aussi intensive qu'aujourd'hui.
En effet, lorsque l'ADSL est arrivée, tout a changé. Un débit 10x plus rapide (ADSL 512k). Connexion illimitée sans consommation téléphonique à payer en plus. Ligne téléphonique libre. Un nouveau monde pour surfer sur le net. Un confort qui valait vraiment le coup. En revanche les usages ont changé. Plus besoin de faire attention à sa consommation, optimisation moins importante. On a donc commencé à solliciter davantage le réseau qui s'est beaucoup développé. Toutefois, il fallait encore être devant sa machine pour naviguer.

Puis, le smartphone est arrivé. Internet dans la poche, tout le temps. Même plus besoin d'être derrière son ordinateur. Un nouveau point de bascule avec des conséquences énormes. L'usage du réseau a pris une autre dimension. En parallèle, augmentation des débits, la vidéo de plus en plus présente sur la toile, popularisation du streaming (musique, VOD). De nombreuses applications en mode SaaS ont remplacé les applications "de bureau" pour beaucoup d'utilisateurs.

Attention, ne pensez pas que je regrette le temps de mon modem RTC mais ne ne pouvons pas nier qu'aujourd'hui nous sollicitons vraiment beaucoup le réseau Internet et l'infrastructure aujourd'hui nécessaire n'a plus rien à voir avec les débuts.

Et, comme pour le reste de la consommation, cette utilisation nécessite beaucoup d'énergie, de ressources. Et face à l'urgence actuelle, je pense qu'il est important de réfléchir aussi à nos usages numériques. C'est ce que j'ai décidé de faire et c'est tout à fait compatible avec mon travail. Je suis bien conscient qu'il faudrait de nouvelles pratiques à grande échelle (et que mes efforts représentent une goutte d'eau) mais si je peux influer sur le comportement ne serait-ce que d'une personne, ce serait déjà une bonne chose.

J'ai commencé par prendre quelques mesures toutes simples que je vais probablement étoffer au fur et à mesure.

  • limitation drastique des services de streaming audio J'achète régulièrement la musique des artistes que j'apprécie, je repasse donc sur une écoute "offline"
  • j'utilise toujours un peu de streaming vidéo (replay notamment) mais je ne suis abonné à aucun service de streaming vidéo
  • j'utiise un maximum d'applications locales et le SaaS pour des applications sans équivalent au niveau des fonctionnalités dont j'ai besoin
  • je suis repassé à l'utilisation des flux RSS que j'avais remplacé par quelques newsletters + des visites régulières sur mes sites "favoris".
  • je n'utilise pas les notifications de type "push" (mais c'était déjà le cas pour d'autres raisons)
  • je stocke beaucoup moins d'emails
  • j'ai configuré ma box pour utiliser le signal TNT pour pas mal de chaînes. D'ailleurs à ce sujet, savez-vous que pour passer un Freebox player en veille profonde, il suffit d'appuyer plus longtemps sur le bouton marche/arrêt ?

Peut-être trouverez-vous tout ça inutile ou au contraire penserez-vous que c'est une piste intéressante. N'hésitez pas à me faire vos retours à ce sujet.

]]>
Yoan De Macedo 2019-05-10T15:18:38Z
Le minimalisme, c'est bon pour l'environnement même pour le numérique. http://yoandemacedo.com/blog/moins-stocker-cest-bon-pour-lenvironnement-et-meme-pour-le-numerique Il est fort probable que vous utilisiez IMAP pour vos emails si vous avez un client "lourd" comme Apple Mail, Thunderbird ou Outlook. Gardez-vous une copie de vos mails pour une utilisation hors connexion et laissez-vous l'ensemble de vos emails sur le serveur ?

Je conserve mes emails depuis 2003.

Lorsque j'ai migré de gmail vers alwaysdata (fin 2017), j'ai décidé de transférer les emails entre les 2 serveurs IMAP mais de ne garder que les emails à partir de 2013. J'ai archivé le reste sur ma machine (avec des sauvegardes bien entendu). Mais entre 2013 et aujourd'hui, j'ai envoyé/reçu beaucoup d'emails.

Vous le savez si vous me connaissez et/ou me lisez régulièrement, je fais de plus en plus attention à l'environnement (probablement pas encore assez). J'ai cependant eu tendance à oublier que le numérique et la dématérialisation ont de véritables récupercussions en matière de pollution, d'impact environnemental. Oui, on utilise peut-être moins de papier et on ne voit pas à permanence les datacenters mais ils sont pourtant bien là. Ils ont besoin d'énergie, de matières rares, pour être fabriquer et fonctionner. Nous n'y pensons probablement pas assez. J'avais déjà parlé un peu de ce sujet précédemment.

Et les emails ? Les hébergeurs nous fournissent de plus en plus d'espace disque. Logiquement, nous avons tendance à laisser les emails s'empiler. Pourquoi les supprimer puisqu'on peut les stocker. Plus nous sommes nombreux à garder toutes nos archives, plus il est nécessaire d'ajouter de l'espace disque, créer des supports, utiliser des matières rares, alimenter le tout, etc ... Comme souvent, nous gardons une copie en local pour pouvoir travailler hors connexion, les données sont finalement stockées chez l'hébergeur et chez nous. Je ne parle pas même pas des sauvegardes qui sont nécessaires bien sûr mais qui sont là aussi réalisées plusieurs fois. Alors oui, financièrement, ce n'est pas un problème mais est-ce bien raisonnable pour notre environnement ? C'est toujours le même problème. Si tout le coût environnemental de nos outils/services/matériels était pris en compte dans le prix d'achat, nous réfléchirions probablement autrement.

J'ai donc décidé de ne garder sur le serveur de mon hébergeur seulement les 2 dernières années d'emails plus quelques bricoles. Le reste, je le stocke sur un disque dur externe. Franchement, j'ai rarement besoin de retrouver un vieux mail. D'ailleurs, souvent, on ne se souvient même pas du contexte donc le mail perd de sa valeur. Je pourrais même en stocker moins et garder le reste sur ma machine car j'ai vraiment très rarement besoin de me connecter depuis un autre poste pour retrouver des emails.

Je n'ai pas encore pris la décision de supprimer complètement ces vieux emails. Si je les perdais, ce ne serait probablement pas si grave pour mon activité.
Ce sera peut-être la prochaine étape. Même si le coût de l'espace disque est faible aujourd'hui, il ne l'est certainement pas environnementalement parlant.

Vous n'utilisez peut-être pas de client "lourd" mais seulement le webmail de votre fournisseur. Mais là aussi, vous pouvez faire le ménage. Pourquoi ne pas supprimer les vieux mails dont vous n'avez plus besoin (avec une sauvegarde préalable en local ou sur un disque dur externe si nécessaire) ? Bien entendu il faut prendre en considération les risques, les besoins nécessaires et agir en conséquence. De mon côté j'ai fait mon choix.

A part les emails, chez moi, ce sont les photos qui prennent de la place. Je n'enregistre plus rien sur les services cloud, j'ai simplement un DropBox pour quelques usages mais je n'ai pas grand chose dessus. Les photos, je ne les supprime pas et je suis méticuleux avec les sauvegardes. En revanche, j'en prends de moins en moins. Fini les clichés à tout-va, je sélectionne les bons moments.

]]>
Yoan De Macedo 2019-05-10T14:13:18Z