Voici l'histoire d'Octolys, une petite société clermontoise où le logiciel libre a une place très importante.

On me demande souvent ce que l'on fait chez Octolys et je parle e-commerce, de THELIA mais il n'est pas toujours facile d'expliquer en quelques mots toute l'aventure qui se cache derrière :)

Au départ (2005) Octolys était une société de service spécialisée en développement WEB.
Elle est née pour répondre aux nombreuses demandes en développement de la société Amplitude. (Joel Mossand était responsable du pôle WEB à l'époque)
Joel Mossand, Cédric Sibaud, Frédéric Melon, Jean-David Olekhnovitch et moi même en sont à l'initiative.

Puis, très rapidement, la question du commerce électronique est devenue de plus en plus présente.

Pour réaliser des sites vitrines, nous (Amplitude, JDO, moi ...) avions l'habitude de travailler avec le CMS SPIP (libre) et de développer les modules qui nous manquaient.
SPIP permet une personnalisation graphique totale grâce à sa légendaire souplesse.

Dans la réalisation d'un site WEB, plusieurs métiers différents entrent en jeu :
- Le graphiste qui réalise toute la charte graphique et la décline (découpe) en xHTML/CSS (page web)
- Le développeur qui réalise tous les modules nécessaires au fonctionnement du site (liaison avec une base de données par exemple)
- L'intégrateur qui assemble le travail du graphiste et du développeur pour aboutir à un site web fonctionnel
- Le chef de projet qui coordonne (qui essaie en tout cas) tout ce petit monde

Le CMS SPIP est particulièrement adapté à cette façon de travailler puisque chacun peut travailler de son côté sans perturber le travail des autres.
Le graphiste n'a pas à toucher au code du développeur et ce dernier n'a pas à toucher à la charte graphique (ce qui le rend généralement heureux)

Afin de répondre aux premières demandes en e-commerce, nous avons recherché un CMS e-commerce libre nous offrant une souplesse équivalente.
Après avoir analysé les solutions existantes (en 2005), aucune ne permettait ce fonctionnement là. L'intégration d'une charte graphique était très complexe et ne permettait pas de tenir des budgets ainsi que des délais raisonnables.

Je suis donc rentré chez moi un vendredi soir avec l'idée de trouver une solution à ce problème et les prémisses de THELIA sont nés ce fameux week-end.
L'idée était donc de séparer totalement la partie graphique et du moteur de l'application. Les solutions proposées à ce moment là mélangeaient les deux transformant le travail du graphiste en un véritable casse tête.
Le graphiste devait s'adapter à la charte graphique alors que l'inverse parait beaucoup plus logique. Quand on connait les exigences d'un bon graphiste (et c'est normal), il est impossible de faire autrement (avec des délais/budgets raisonnables).

THELIA a donc évolué au cours du temps. Frédéric Melon (aujourd'hui chez Scopika) a crée la 1ère charte graphique de l'interface d'administration, le template de base.

Nous avons décidé d'ouvrir son code source en décembre 2006.

Cette décision a demandé beaucoup de réflexions. Nous aurions pu publier le code beaucoup plus tôt mais avec certains risques.
Le projet était porté par quelques personnes et il n'est pas simple de faire adopter un logiciel libre à une communauté d'utilisateurs si celui-ci n'est pas totalement terminé. Le risque est de voir le projet rejeté.

Nous avons donc attendu une certaine maturité de nos développements avant de les publier.
Avec le recul, je pense que cette idée a été la bonne. En effet, aujourd'hui, la communauté ne cesse de croître.

La question qui revient régulièrement est la suivante : "Pourquoi offrir le code source de votre application ? Vous pourriez vendre des licences et gagner beaucoup plus d'argent !"
Ce cliché a tendance à m'agacer un peu mais il est tout à fait compréhensible. Le modèle du libre est particulier et finalement il y a peu de domaines professionnels où il est appliqué. C'est donc un modèle encore méconnu du grand public et nous ne pouvons pas leur en vouloir. C'est d'ailleurs notre rôle de les informer.

C'est vrai, nous donnons finalement le fruit de notre travail et pourtant la société existe toujours.
D'une personne, nous sommes aujourd'hui quatre. Nous sommes bien loin des grosses agences WEB mais c'est la preuve que le modèle du logiciel libre fonctionne et que cette philosophie de travail n'est pas un "délire"

Nous avons décidé de vendre le service autour de THELIA et de distribuer l'application librement.

Les services dont je parle sont : l'intégration, du développement de modules sur mesure, du conseil, de la formation ...

Il serait bien sûr tout à fait possible de proposer tous ces services tout en vendant des licences avec un produit fermé.

Mais le logiciel libre, c'est avant tout une philosophie de travail. En distribuant un produit de cette manière, il est possible de créer une véritable communauté d'utilisateurs. A partir de ce moment là tout va très vite. Une véritable ébullition se met en route. Des centaines d'idées jaillissent de toutes parts, des retours, des conseils ...

La petite société dans laquelle vous travaillez se prolonge complètement dans cette communauté et finalement celle-ci contribue à votre travail.

Sans avoir de commerciaux THELIA se propage sur la toile, de forums en forums, de blogs en blogs et des gens nous contactent pour acheter nos services.

Les utilisateurs écrivent de la documentation, certains écrivent même des livres complets.

Certes, nous offrons notre travail mais combien nous coûterait celui fourni par la communauté ? C'est donc un échange équitable où l'argent n'est pas la seule motivation.

C'est ce point clé qui gêne un peu pour ceux qui ont une vision très précise du monde de l'entreprise. Le but final est bien sûr de gagner de l'argent et de vivre mais pas seulement.

Echanger avec des centaines de personnes qui travaillent chacun dans leur propre univers est un véritable enrichissement intellectuel.

Quand on passe une grande partie de sa vie au travail, je pense que cette richesse là est réellement très importante. Les sociétés impliquées dans le logiciel libre se ressemblent d'ailleurs souvent. L'ambiance de travail est généralement plutôt décontractée, les gens sont contents de venir travailler, d'échanger.

Le métier d'informaticien est souvent perçu comme un travail exercé par des geeks restant rivés derrière leurs machines 24h/24h (le s est important ;) ) 
Heureusement la réalité est différente. Nous sommes souvent des passionnés c'est clair, le métier évolue tellement qu'il est difficile de l'exercer sans passion.

Chez Octolys par exemple, nous aimons beaucoup animer des réunions de présentation THELIA où bien sûr nous espérons gagner quelques clients mais où nous discutons aussi beaucoup. En règle général on repart avec plein de nouvelles idées, des encouragements et des nouvelles connaissances.

Une des dernières réunions que nous avons organisée à Marseille s'est terminée à la terrasse d'un café où nous avons longuement discuté entre passionnés.

Nous avons tissé de véritables liens d'amitié avec des clients qui vont même jusqu'à nous héberger lorsqu'on organise un évènement près de chez eux.

Je souhaitais par l'écriture de cet article souligner le point suivant : la cohabitation "logiciel libre" et "monde de l'entreprise" est tout à fait viable. Elle apporte même beaucoup d'éléments que vous ne trouverez sûrement jamais dans un fonctionnement plus classique.

J'espère que certains décideront d'ouvrir leurs projets et de tenter eux aussi cette belle aventure.

Et si vous l'avez déjà fait, n'hésitez pas à me faire part de votre vision des choses !